Vers 17h30, puis vers 21 h, je fais un tour chez les ânes.
Mimosa est couchée sur le sol gelé. Il fait très froid, moins 15 et les températures baissent. Chaque fois, elle se lève avec peine. Elle a la cuisse gelée. Je la masse pour faire circuler le sang… Elle tient la patte arrière droite légèrement levée.
Je repasse vers 11h, vers minuit, tout va bien. Elle est dans l’asinerie avec les copines.

À 1h30, il fait un froid terrible. Je fais une dernière inspection avant d’aller dodo. Mimosa a disparu ! Tout le monde est à l’abri sauf elle… Je la cherche… je la trouve dans le bois, broutant un saule, mangeant branche et écorce.

Quand il fait froid, les ânes ont besoin de grignoter, cela leur permet de mieux garder leur chaleur corporelle en gardant leur système digestif actif. Est-ce que c’est le cas ? ou est ce que manger du saule soulage sa douleur ? Est-ce une forme d’automédication ? Le saule est réputé pour ses propriétés anti-inflammatoires et anti-douleur depuis l’Antiquité. Il contient en effet une molécule, la saligénine qui est modifiée en acide salicylique à son passage par le foie. Les effets de ce médicament naturel sont plus longs et ne présente aucun des effets secondaires de l’aspirine. Il n’irrite pas, la muqueuse de l’estomac car c’est après son passage qu’il est transformé en aspirine !

Je la ramène à l’asinerie et je trouve tout le troupeau en ligne devant la mangeoire !
Je leur mets une balle de paille et je vais dodo. Pas longtemps, car j’ai surveillé Mimosa.

Pour rappel, Mimosa a des problèmes de sabots croche à l’arrière depuis sa naissance. Elle a eu aussi de nombreux problèmes graves de santé poumons, estomac… elle assimile mal sa nourriture, reste maigre et doit être complémenté avec prudence, car elle part vite en fourbure.