Après une nuit à moins 22, une journée à moins 16 avec un vent glacial, les ânes sont restés autour du petit bois, abrité des vents, qui jouxte l’asinerie.

Dans l’après midi, ils sont partis explorer le pâturage.
J’ai suivi leurs traces.
J’ai vu aussi des traces de souris et d’écureuils.

Les ânes ont fait leurs tours. Ils ont gratté de-ci de-là pour trouver de quoi grignoter mais y sont resté peu de temps une petite demi-heure au plus.

Ils sont retournés dans le petit bois abrité du vent.