La méthode d’éducation du Val à l’âne
Article mis en ligne le 27 juillet 2018

par christian

Depuis 1999, je n’accueille que des ânes ayant eu une vie difficile, chaotique, maltraités…
Certains ont perdus toute confiance en l’humain, sont agressifs…
J’ai donc mis au point une méthode douce pour les resocialiser.
Elle marche avec tous les ânes qui sont venus, quel que soit leur âge, leur caractère, leur passif…

 Première étape, l’apaisement

Souvent, ils arrivent obèses et agressifs. Un âne trop nourri est mordeur et donne facilement des coups de pied. Ils ont vécu avec des vaches, des moutons, des chevaux et ont dû se battre pour accéder à leur pitance. Ils ont eu des moulées, du grain et la suralimentation les rends agressifs. Si en plus ils ont étés sevrés trop tôt, privé de l’éducation de la mère, nourris avec des moulées et grains, il est illusoire de les éduquer à leur arrivée. Il faut les mettre à un régime progressif, foin, paille qui va les apaiser en quelques semaines et les remettre en forme. Parallèlement, les anciennes du troupeau vont leur apprendre les règles de la vie dans le monde des ânes, vont les sociabiliser et corriger leurs défauts de comportement. Cela peut prendre quelques mois. Petit à petit, ils vont s’apaiser et devenir de plus en plus sociable. Ils vont vous observer et prendre de l’assurance en vous voyant caresser, jouer, soigner, faire travailler les autres membres du troupeau. Les peurs anciennes vont s’estomper et ils vont devenir confiant. Ils vont venir d’eux même vous voir, chercher des caresses… c’est le moment de passer à la phase deux. Tant que l’âne garde de l’agressivité, je ne passe pas à la phase suivante. Pour Attila, Isabelle, terriblement sauvages et méfiantes à leur arrivée (et bien d’autres), je n’ai pas eu besoin de la phase deux. Elles sont devenues hyper affectueuse, dociles sans passe par la phase deux !

 Deuxième étape, l’éducation de base

Une fois la confiance établie, je l’isole dans mon infirmerie. Je le laisse seul et je vais le voir matin, midi et soir plusieurs fois, quatre, cinq fois par jour. Je demande à quelqu’un d’autre de faire pareil.
Je m’accroupis, lui parle, le laisse venir.
Une fois en confiance, il m’approche, il me sent et se laisse caresser.
Je le caresse brièvement au début en lui parlant.
Puis chaque fois, j’augmente la durée de la séance petit à petit.
Progressivement, je lui caresse le dos, l’encolure, les pattes… et crée un lien de confiance. Il prend vite confiance. Je lui mets et lui enlève le licol, lui prend les pattes… toujours tout en douceur, sans brusquer… Je le fais marcher au licol et le félicite avec la voix et des caresses.
JE NE LUI DONNE AUCUNE FRIANDISE QUE DES CARESSES.
Selon les ânes, entre un et Cinq jours sont nécessaires pour en faire de gentil n’ânes affectueux et dociles !

 Troisième étape, l’éducation au travail

Une fois l’âne éduqué, vous pouvez commencer progressivement à l’éduquer pour son futur boulot.