| |
Bandeau
Ânes du Québec
Pour l’amour des ânes

Refuge pour ânes, conseil, formation, coaching, livre sur l’âne

Anatomie
Article mis en ligne le 2 mai 2017

par christian
Noter cet article :
0 vote

 GÉNÉRALITÉ

Selon les races d’origine et les individus, le poids de l’âne peut varier de 70 kg pour un âne miniature à 550 kg pour Mammouth, un peu moins pour un baudet du Poitou. La hauteur au garrot peut osciller entre 0,80 m et 1,60 et sa longueur peut atteindre 2m70.

Il est important de savoir comment l’âne voit, entend et sa perception du monde car cela conditionne son comportement.

 ANATOMIE DE L’ÂNE

Il est important de connaître l’anatomie de l’âne, car ses caractéristiques physiques et physiologique expliquent ses attitudes, son comportement, ses peurs et ses qualités.

 LA TÊTE

La tête est allongée et forme presque un angle à 90° avec l’encolure.

 LES OREILLES

Les oreilles d’âne longues et pointues sont sa carte de visite !
Haute, écartées, très mobiles, elles mesurent généralement la moitié de la longueur de la tête. Dans le désert, ces grandes oreilles assurent la régulation thermique de l’âne en lui évitant la transpiration, il économise ainsi son eau, ce qui est essentiel pour sa survie. L’âne nous parle aussi avec ses oreilles. Leurs mouvements, leurs positions, nous informent également sur son humeur, sur ce qu’il pense. L’âne a aussi une ouïe très fine et entend les bruits de très loin.

 LES NASEAUX, LA BOUCHE

Ils sont conçus pour respirer dans des conditions de froid ou de chaleur extrême. L’âne a un bon odorat et à besoin de toucher avec ses lèvres ce qu’il ne connaît pas. L’âne est très social et il manifeste son affection, sa curiosité, avec sa bouche, en mordillant les vêtements par exemple.

 L’ENCOLURE

Elle est dans le prolongement de la ligne du dos. C’est là que l’âne stocke sa graisse. Un âne obèse a un bourrelet de graisse qui grossit le long de l’encolure et tombe sur le côté.

 LA CRINIÈRE

Souvent orné d’un toupet frontal, l’âne a une crinière plus ou moins fournie qui va de la nuque au garrot.

 LES YEUX

Du fait de leur position et même s’ils sont protégés par des arcades proéminentes, les yeux de l’âne, qu’il a en amande, sont exposés aux atteintes de la cornée par des branches par exemple. Du fait de leur position, le champ visuel est très large, de 340 à 360º, soit plus du double de celui de l’humain. Il perçoit mal le relief et évalue mal les distances et voit moins bien les couleurs que nous. D’où sa prudence naturelle. Il a besoin de bouger la tête pour ajuster sa focale et voir net. Par contre, il perçoit bien les contrastes lumineux, il a une excellente vision nocturne et s’adapte très vite à de brusques changements de luminosité. Même en cas de fort ensoleillement, il garde la quasi-totalité de son champ visuel. Il peut détecter facilement un mouvement lointain. Il ne perçoit pas les choses comme nous mais il voit et remarque des choses que nous ne percevons pas. Il a une excellente vue, axée sur la surveillance de son environnement et la détection des prédateurs. Il est donc important lorsque l’on approche un âne de lui parler et d’arriver lentement afin qu’il nous identifie et qu’il puisse ajuster sa vue pour nous reconnaître. Il possède des angles morts devant le museau et derrière lui et ce qui s’y passe l’inquiète.

 Les dents

L’ânon a des dents de lait qu’il perd entre deux ans et demi et quatre ans au profit de ses dents d’adulte qu’il n’a au complet que vers 5 ans.

 LA VOIX :

Tout le monde connaît le célèbre « Hi-han » de l’âne. On nomme cela un braiment. On l’entend à plusieurs kilomètres.

 LE CORPS

Le corps de l’âne peut mesurer entre 80 cm à 2,70 m.
L’âne a un poitrail assez comprimé, plus épais et de forme à peu près cylindrique vers la partie postérieure,

 LE DOS

Le dos de l’âne est normalement droit et en légère pente depuis le garrot, jusqu’au rein. sa colonne vertébrale est plus courte que celle du cheval qui a six vertèbres lombaires alors que l’âne n’en a que cinq. Ses vertèbres dorsales sont très développées et fortes, ce qui explique que l’âne a un dos saillant. On détermine chez l’ânesse ses facilités à mettre bas par la longueur et la largeur de sa croupe.

 LE VENTRE

Le ventre de l’âne est relevé vers l’arrière jusqu’aux organes . Il est ordinairement de couleur claire. Il possède des intestins plus longs que le cheval ce qui lui permet de valoriser des nourriture sèche, ligneuse comme des broussailles, voire du bois et d’en tirer la moindre protéine. En Afrique lors de sécheresses, il peut même survivre en mangeant du papier et du carton.

 LA QUEUE

La queue de l’âne est plantée haut. Assez longue, fine, elle pend et est garnie de crins à son extrémité comme un pinceau. Elle assure son équilibre et chasse les insectes.

 LES MEMBRES

  • Les antérieures (pattes avant) jouent un rôle d’amortisseurs, de soutien
  • Les postérieurs (pattes arrière) ont une fonction de propulsion.
  • Le jarret est large et épais car il supporte les plus gros efforts.
  • L’âne a des châtaignes aux membres antérieurs.

 LE PIED

Le pied de l’âne est conçu pour les chemins pierreux et caillouteux de ses déserts natals et lui assure une excellente stabilité en terrain accidenté. Le pied est plus droit que chez le cheval et il faut donc en tenir compte lors du parage. La sole est plus concave, le pied est plus creux en dessous, la corne est beaucoup plus dure que chez le cheval. Le sabot peut être de corne noire, blanc ou parfois bicolore.